La vocation familiale remonte à 1919, date à laquelle Gaston Peillon rachète le relais de poste« Le Bœuf Couronné » à Chartres.

Né en 1883 à Chartres, le jeune Gaston se passionne pour la cuisine et fait son apprentissage à Paris. Il fréquente les plus grandes cuisines et complète sa formation auprès de chefs talentueux. Poussé par un irrépressible besoin d’apprendre, il n’hésite pas une seconde lorsqu’il s’agit de participer au repas du premier congrès des maires de France en 1901 aux Jardins des Tuileries.

Ce goût du défi chevillé au corps ne le quittera plus. Il décide aussitôt de partir en Angleterre, car il était utile pour un cuisinier qui aspirait à « voir du pays » de savoir parler anglais. Une fois la langue maîtrisée, il s’embarque sur un transatlantique à destination de Chicago. Un chef cuisinier ambitieux, de surcroît français, ne pouvait y avoir que toutes ses chances.

Mais Gaston n’avait qu’un désir en ce début du siècle, synonyme de promesses et de tous les possibles: voyager et revenir au pays, riche pour acheter son affaire. Toutes ses audaces n’étaient guidées que par ce rêve de devenir un jour son propre patron. Même si le déracinement et la solitude s’étaient invités dans ses bagages, le dénouement                                                             heureux de son voyage auquel il appelait de ses vœux méritait tous ses sacrifices.

Il s’embarque cette fois sur la Malle des Indes, puis repart pour l’Égypte et finit par revenir en France, la ceinture chargée de pièces d’or autour de la taille. Il peut enfin acheter son affaire, un ancien relais de Poste à Chartres appelé « Le Bœuf Couronné ».Durant toutes ces années, Gaston et son épouse feront de cet établissement un lieu incontournable de la ville réputé pour sa cuisine et sa cave délectable.

Bombardé le 14 juin 1940 par les Américains qui visaient alors la gare de la ville, l’hôtel-restaurant est totalement détruit.En attendant les dommages de guerre, Gaston décide de partir à Orléans et rachète un Hôtel- restaurant rue Sainte- Catherine. Il attendra 10 ans avant de pouvoir revenir à Chartres pour y reconstruire un établissement et d’en faire une affaire plus moderne.

C’est alors qu’il associe son fils cadet Jean à ce projet. Jean, qui décide de s’engager sur les traces familiales en intégrant l’Ecole Hôtelière de Paris. Il démarre alors sa vie professionnelle au sein de grandes maisons étrangères et françaises, à Genève et à Paris,  jusqu’à  reprendre en 1953 la direction de l’Hôtel de la Bourdonnais près de la Tour Eiffel à Paris.

C’est en 1954, alors que le nouvel hôtel familial est en construction Place Châtelet à Chartres  que Gaston devenu âgé cède les rênes de l’établissement à son fils Jean et son épouse.

C’est alors que Jean et Colette travailleront dur pour imposer de nouveau « Le Bœuf Couronné » dans le paysage Chartrain et retrouver la réputation d’avant-guerre. Après y avoir consacré sa vie et transmis sa passion à ses trois enfants, ce dernier laisse les clés du « Bœuf Couronné », à sa fille Marie-Christine et Jean-Claude Vinsot son gendre qui reprendront l’affaire familiale en 1987.

Ses deux fils, Gilles et Jean-Philippe Peillon ne seront pas épargnés par cette passion de l’hôtellerie-restauration. Gilles diplômé de la même Ecole hôtelière que son père, occupera plusieurs postes de direction de la restauration  puis direction générale  au sein de grands hôtels parisiens tel que le “Concorde Lafayette” ou le  “Saint James et Albany”.

Quant à Jean-Philippe, lui aussi suivra les traces de son grand-père après avoir travaillé de nombreuses années auprès de grands chefs français dans de grandes maisons telles que “l’Hôtel Nikko” avec Joël Robuchon et ”La Tour d’Argent” avec Dominique Bouchet.

Ils ignoraient que leur chemin allait se rejoindre, au bout de quelques années, à un carrefour de leur vie, les incitant à poser leur bagage, chargé d’expériences diverses et complémentaires, pour inscrire dans la réalité la légende de leur aïeul.  C’est en 2011 qu’ils créeront une franchise de restauration rapide “PEGAST” (pour Peillon Gaston) Gastronomie nomade.

Marie-Christine, formée dans une école de tourisme parisienne poursuit l’histoire du “Bœuf Couronné” avec son mari jusqu’en 1998, alors disparu brutalement. Marie Christine déterminée à faire avancer cette entreprise, décide en 2011 d’engager d’importants travaux de rénovation de l’établissement afin de la transmettre à son fils Pierre-Edouard Vinsot, diplômé de l’Ecole Hôtelière de Saint-Quentin-en-Yvelines puis d’un MBA de Management Hôtelier International (IMHI) à l’ESSEC.

Après plusieurs expériences à l’étranger, Pierre-Edouard à décidé de revenir dans l’affaire de famille en 2012. . Il reprendra avec sa compagne Solène, le flambeau familial dans quelques années, ce qui représentera quatre générations et près d’un siècle d’hôteliers à la tête de la même maison.